Safe Surf Rated Back To Home Page Family Friendly Site
About
Bradford
  HIV/AIDS
Articles
  Alternative
Therapies
  HIV/AIDS
Videos
  HIV/AIDS
Links
  HIV/AIDS
News

Introduction:
Positively Positive
- Living with HIV
  Out
About
HIV
  Resume/
Curriculum Vitae:
HIV / AIDS Involvements
  Biography   HIV/AIDS
News Archive
HIV/AIDS News Bradford McIntyre
   



Canadian AIDS Society Proposes Solution to Update and Enhance the Safety of Canada's Blood Screening Survey

Sept. 27, 2009, Ottawa - The Canadian AIDS Society (CAS), will be appearing as a Friend of the Court in the Freeman case, which begins Monday, September 28 and contests the constitutionality of the Canadian Blood Services' lifetime deferral on gay men and men who have sex with men. In this role, CAS will propose an amendment to update the Canadian Blood Services' screening questionnaire, with a desire to improve safety and gain community support for the Canadian blood system.

"The current discriminatory wording of the screening questionnaire needs to be updated. With new, highly accurate HIV testing, it is no longer scientific, as American blood banks have acknowledged with respect to their own similar policy. It's eroding confidence in the blood system, which turns away many youth and gay men who are not at risk of HIV at a time when Canada's blood supply is in need of donors," says Douglas Elliott, the Canadian AIDS Society lawyer. "The questionnaire is not scientifically valid, which compromises the safety of the system by encouraging self-screening and inciting boycotts on blood donation based on human rights principles."

CAS is suggesting a long overdue change to one question of the current survey directed to male donors which reads: Have you had sex with a man, even one time since 1977? Presently, if prospective donors respond yes to this question, they are banned for life from donating blood. However, a deferral of only one year is imposed on women who have had sex with a bisexual man in the last 12 months, even though such women are at the same risk as men who have sex with men. The proposed change would read: Have you had sex with another man in the past 5 years. If the response is "no" they would be treated like any other donor. If yes, they would respond to a further question: Have you had unprotected anal sex (i.e., without a condom) with more than one male partner in the last 12 months. If the response is "yes," they would receive a 12 month deferral. If "no," they would receive a 6 month deferral.

Monique Doolittle-Romas, Canadian AIDS Society Executive Director explains, "We want to ensure that the blood system is safe. The change that we are proposing will focus on risk behaviour, rather than risk groups. It's a minor alteration which modernizes the screening process, while ensuring the safety of the blood supply and winning back community support. A strong, safe blood system is in the interest of all Canadians, including CAS and people living with HIV."

Since the appearance of HIV in the 1980s, AIDS service organizations in Canada have been working at the forefront of ensuring the safety of Canada's blood supply. They have educated about sexual responsibility and voluntary self-exclusion from blood donation by men who have sex with men. This proposal attests to their continued efforts to improve the system.

Blood service organizations in Australia, Japan, Argentina, and Hungary all have one-year deferral policies similar to the one CAS is proposing. A similar recommendation is also being made by three American blood service organizations in the United States. In Spain and Italy there are no restrictions on gay men giving blood. And, in Russia last year, blood bans on gay men were ended because they were unsupported scientifically. Since the adoption of these new measures, no resurgence of HIV transmitted by transfusion has been reported in these countries.

Canadian AIDS Society

The Canadian AIDS Society is a national coalition of over 125 community-based AIDS organizations from across Canada. Dedicated to strengthening the response to HIV/AIDS across all sectors of society, we also work to enrich the lives of people and communities living with HIV/AIDS. We accomplish this by advocating on behalf of people and communities affected by HIV/AIDS, facilitating the development of programs, services and resources for our member groups, and providing a national framework for community-based participation in Canada's response to AIDS.

-30-


For more information, or to arrange for interviews, please contact. :

Tricia Diduch, Communications Consultant,
Canadian AIDS Society,
190 O'Connor St, Suite 800
Ottawa, ON K2P 2R3
Ph. (613) 230-3580 ext. 130
triciad@cdnaids.ca
www.cdnaids.ca




La Société canadienne du sida propose une solution pour moderniser le questionnaire de dépistage sanguin du Canada et renforcer la sécurité du système

Ottawa, le 27 septembre 2009 - La Société canadienne du sida (SCS) se posera en tant qu'intervenant désintéressé dans le procès Freeman, qui s'ouvre ce lundi 28 septembre et remet en cause la validité constitutionnelle de la politique d'exclusion à vie des hommes gais et des hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HRSH) imposée par la Société canadienne du sang. La SCS proposera à ce titre une modification visant à mettre à jour le questionnaire de dépistage de la Société canadienne du sang, guidée par une volonté de renforcer la sécurité du système de collecte et de distribution du sang et d'accroître le soutien de la communauté envers ce système.

« Le questionnaire de dépistage, tel qu'il est actuellement formulé, est discriminatoire et a besoin d'être actualisé. Étant donné le haut degré de précision des nouveaux tests de dépistage du VIH, ce questionnaire n'est plus pertinent sur le plan scientifique, un fait que les banques de sang américaines ont reconnu concernant leurs propres politiques en la matière. Ce questionnaire discrédite le système de collecte et de distribution du sang, et décourage de nombreux jeunes et homosexuels qui ne sont pas exposés au VIH de donner leur sang, alors que les réserves du Canada ont besoin de donneurs », explique Douglas Elliott, avocat de la Société canadienne du sida. « Du point de vue scientifique, ce questionnaire n'est pas valide, ce qui compromet la sécurité du système, car certains sont incités à procéder à des autotests de dépistage ou à boycotter le don de sang au nom des principes des droits de la personne. »

La SCS propose un changement qui s'impose depuis longtemps à l'une des questions du dossier s'adressant aux donneurs hommes et qui est actuellement formulée ainsi : « Depuis 1977, avez-vous eu une relation sexuelle avec un homme, même une seule fois ? » À l'heure actuelle, si un donneur potentiel répond oui à cette question, il est exclu à vie du système de don de sang. Cependant, une exclusion d'un an seulement est imposée aux femmes qui ont eu une relation sexuelle avec un homme bisexuel au cours des 12 derniers mois, et ce, même si ces femmes sont confrontées au même risque que les HRSH. La proposition de changement est la suivante : « Avez-vous eu une relation sexuelle avec un homme au cours des cinq dernières années ? » Si la réponse est non, la personne serait considérée comme n'importe quel autre donneur. Si la réponse est oui, la personne devrait répondre à une autre question : « Avez-vous pratiqué le coït anal sans protection (c.-à-d. sans préservatif) avec plus d'un partenaire masculin au cours des 12 derniers mois ? » Si la réponse est oui, une période d'exclusion de 12 mois serait imposée à la personne. Si la réponse est non, l'exclusion serait de 6 mois.

Monique Doolittle-Romas, directrice générale de la Société canadienne du sida, explique : « Ce que nous voulons, c'est garantir la sécurité du système de collecte et de distribution du sang. Le changement que nous proposons porte sur l'identification des comportements à risque, plutôt que sur celle des groupes à risque. Il s'agit d'un changement mineur qui modernise le processus de dépistage, tout en garantissant la sécurité des réserves de sang, et qui permet de regagner le soutien de la communauté. Un système de collecte et de distribution du sang sûr et fort est dans l'intérêt de tous les Canadiens, y compris la SCS et les personnes touchées par le VIH. »

Depuis l'apparition du VIH dans les années 1980, les organismes de lutte contre le sida au Canada travaillent activement à garantir la sécurité des réserves de sang du Canada. Ils réalisent un travail de formation au sujet de la responsabilité sexuelle et de l'auto-exclusion du don de sang par les HRSH. Cette proposition témoigne de leur effort soutenu envers l'amélioration du système.

Les organismes chargés des services de transfusion sanguine en Australie, au Japon, en Argentine et en Hongrie ont tous mis en place une politique d'exclusion d'un an semblable à celle proposée par la SCS. Par ailleurs, une recommandation similaire est actuellement émise par trois organismes chargés des services de transfusion sanguine aux États-Unis. L'Espagne et l'Italie n'imposent pas de restrictions aux HRSH pour le don de sang. De plus, l'année dernière en Russie, l'interdiction pour ces derniers de donner leur sang a été supprimée car elle n'était pas corroborée scientifiquement. Depuis l'adoption de ces nouvelles mesures, aucune résurgence des cas de transmission du VIH par transfusion sanguine n'a été rapportée dans ces pays.

Société canadienne du sida

La Société canadienne du sida (SCS) est une coalition nationale de plus de 120 organismes communautaires de toutes les régions du Canada. La SCS s'est donné pour mission de renforcer la réaction au VIH/sida dans tous les secteurs de la société et d'enrichir la vie des personnes et des communautés touchées par cette maladie. Elle défend les droits et intérêts des individus et des communautés touchés par le VIH/sida, facilite le développement des programmes, services et ressources de ses organismes affiliés, et favorise la participation communautaire aux programmes de lutte contre le VIH/sida partout au pays.

-30-

Pour plus de détails ou pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Tricia Diduch, Conseillère des communications
Société canadienne du sida
190, rue O'Connor, bureau 800
Ottawa (Ontario) K2P 2R3
Tél. : 613.230.3580 poste 130
Courriel : triciad@cdnaids.ca

Reproduced with permission - Canadian AIDS Society "

Canadian AIDS Society
www.cdnaids.ca


...positive attitudes are not simply 'moods'

Site Map

Contact Bradford McIntyre.

Web Design by Trevor Uksik

Copyright © 2003-2017 Bradford McIntyre. All rights reserved.

DESIGNED TO CREATE HIV & AIDS AWARENESS